Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CHRONIQUES DU XXIème SIÈCLE

CHRONIQUES DU XXIème SIÈCLE


Hors-série (3) – Naître au XXIème siècle

Publié par Renaud Cadrot sur 5 Mai 2017, 15:00pm

Catégories : #Hors-Série

Hors-série (3) – Naître au XXIème siècle

Contexte : Le lundi 1er mai 2017 à 22h59, est née ma plus jeune nièce qui, l’espace d’une fraction de seconde, est devenue la plus jeune personne sur cette planète. Je dédie cette chronique à elle et sa sœur de 3 ans.

 

Bonjour à toi et bienvenue dans ton monde. Ici s’activent déjà 7,5 milliards d’autres personnes qui tous, un jour, sont nées comme toi, avant toi. Tu es la dernière venue en ce lieu, tout au bout des 400000 autres naissances qui ont surgi sur Terre aujourd’hui. À la fois anonyme dans le flot ininterrompu d’êtres humains, à la fois unique, singulière, exceptionnellement rare du fait des connexions inédites qui se nouent en toi, à la fois synthèse de l’histoire d’amour qui lie tes deux parents, complémentarité de ta grande sœur et heureux événement, instant de bonheur fugace mais inoubliable qui n’existe que par ta seule apparition parmi nous.


L’humanité n’a de cesse d’enfanter ; c’est ce qu’elle a toujours fait de mieux et seul un cataclysme pourrait l’empêcher de poursuivre son élan créateur, sa nécessité la plus intense de persister au travers de sa descendance. Pas une seule seconde ne passe sans qu’une dizaine de premiers cris maintiennent le monde en éveil. Des enfants naissent partout, tout le temps, et c’est presque toujours la meilleure nouvelle de la journée pour tous ceux qui gravitent tout autour. Une naissance c’est une nouveauté, une réussite, une finalité, un présage, un prolongement, surtout de la vie sous sa forme la plus aboutie.


Le contexte de ta naissance, comme celui de ta sœur, va jouer pour beaucoup dans le chemin de vie qui s’ouvre tout juste à vous. Pour la plupart des hommes, nous nous situons à la dix-septième année du XXIème siècle, aux tous premiers jours du mois de mai. Cela pourrait sembler dérisoire, juste un repère temporel plutôt pratique que symbolique, mais naître durant ce siècle vous différencie de la nette majorité des êtres humains nés au siècle précédent. Bien que nous célébrions il y a encore peu le passage à l’an 2017, le monde appartient toujours au XXème siècle. À cet instant, les enfants du millénaire sont, pour les plus vieux, des adolescents ayant certes atteint leur maturité sexuelle mais pas encore leur indépendance. C’est leurs parents, les vôtres, moi-même qui gouvernons en maître sur le monde. Et vous comme tous ceux qui sont né au cours de ce jeune siècle, n’êtes pas encore acteurs de votre propre histoire.


Vous trouverez sans doute cela injuste mais toute votre génération va devoir composer avec l’héritage pesant légué par l’humanité du siècle écoulé. Pour l’heure, les rejetons du XXème siècle vous regardent de haut, vous jugent inapte à vivre sans l’outillage numérique dans lequel vous baignez depuis toujours, vous imaginent plus fragile, plus nonchalant, plus capricieux ou impatient que vos aïeux sur la seule base de votre statut d’adolescent sans réaliser un instant qu’ils vous prêtent les mêmes défauts que leurs propres parents sur eux-mêmes vingt ans auparavant. Ils oublient bien vite qu’ils ont eu la chance de grandir dans l’inconscience de leur époque, quand la question écologique, la surconsommation, le gâchis, la raréfaction des matières premières ou la détérioration de l’écosystème n’étaient encore perçus que comme des problèmes négligeables. Ils oublient aussi qu’ils sont issus du siècle le plus meurtrier de l’histoire, où pas moins de deux guerres mondiales ont mis en péril toute la race humaine, ponctués de génocides, d’autres nombreux conflits, de surexploitation humaine et matérielle, avec pour unique but d’inonder le monde de biens de consommation.

 

La proportion de population humaine qui a entre 40 et 60 ans, celle qui dispose des meilleures places sur l’échelle sociale planétaire, est probablement celle qui aura connu l’époque la plus facile et fastueuse de l’histoire. Elle a échappé à l’horreur de la guerre mais a récolté les fruits de la reconstruction du monde. Lorsqu’elle est arrivé sur le marché du travail, tout le monde y a trouvé sa place, a profité d’un contexte où s’enrichir était un moindre mal et a gravi les échelons d’une hiérarchie qu’elle a elle-même mise en place. C’est toujours elle qui actuellement dédaigne les générations qui la suivent comme qualitativement médiocre en comparaison.


Cependant, vous et vos semblables devront justement faire preuve d’une ingéniosité dont la mécanique obsolète de nos cerveaux est incapable, irrémédiablement polluée par nos vieux réflexes. Les problèmes que nous avons créés, c’est vous qui devrez les résoudre. Pour ce faire, il faudra probablement revoir notre façon de vivre les uns avec les autres, nos relations, nos schémas dépassés. Il faudra prendre des voies inédites et ne plus se laisser guider sur l’autoroute du seul profit qui ne peut aboutir qu’à un mur, développer des technologies propres, responsables, durables et renouvelables. Et si vous parvenez à faire fonctionner le monde à votre mesure, c’est ainsi que vous marquerez le siècle de votre empreinte.


Naître et grandir dans le monde du XXIème siècle, c’est aussi avoir la conscience du monde à porter de regard. Depuis que le réseau internet a câblé et relié presque tous les hommes entre eux, il est impossible de faire comme si les autres n’existaient pas. Les informations circulent, abondantes, de sources si diverses qu’on s’y perd quelques fois. Tout ce qui se passe sur la surface de la Terre et tout ce qui est digne d’être su est disponible, partout, tout le temps, pour qui veut s’en donner la peine. Vous accéderez à davantage de connaissances qu’en ont accumulées les bibliothèques les plus grandioses de tous les temps.


Cette profusion d’information a un revers puisque vous devrez faire quotidiennement face à tout ce que l’humanité commet de pire. Le terrorisme de masse, les folies meurtrières, les moindres conflits qui s’abattent dans les coins les plus reculés du planisphère prolongent leurs échos jusqu’aux extrémités de toute la fibre optique. Les remous du monde accompagnent vos pas et pourraient parfois te donner l’impression que quelque chose ne va pas avec votre époque alors que là encore il s’agit des contrecoups de nos actions passés.


Je me focalise sur la société dans lequel il est vraisemblable que vous vous développerez mais d’autres nouveau-nés arrivent au monde par ailleurs, au fin fond d’une Afrique qui a tout à créer ou d’une nation totalitaire qu’il faudra renverser, au hasard d’une métropole active et inspirante ou blotti au creux d’une nature à préserver. Quel que soit l’endroit où un enfant apparaît, chaque naissance est un renouvellement du monde, un changement nécessaire, un espoir de développement.


Je t’expose un avenir incertain et complexe alors que ton regard neuf s’émerveille du plus infime mouvement qui l’entoure et que ta sœur ne connaît presque du monde que son entourage le plus bienveillant. En réalité j’envie votre futur. Tu as tant de premières fois qui t’attendent alors que moi je suis déjà en âge d’être nostalgique. Ma génération commence à percevoir ses souvenirs comme un sain réconfort à opposer à sa toujours plus grande incompréhension du monde dans lequel elle vit. On se remémore nos cassettes audio, nos consoles à piles, nos jouets invraisemblables, les reliques de notre enfance que l’on estime bien meilleure que la vôtre quand en réalité toutes les jeunesses ne valent que pour ceux qui les ont vécus. Vous aimerez votre époque comme nous avons aimé la nôtre, elle sera imparfaite, pleine d’enjeux et de drames qui deviendront les repères historiques de ton temps, mais elle sera aussi pleine de rêves et d’espoir qui font toute la sève du futur. Et vous avez encore de tellement futur devant vous…


Vous allez grandir, vivre et vous épanouir, peut-être pas toujours en phase avec votre temps, plus sûrement encore moins avec celui de ceux qui vous précèdent mais votre époque sera vôtre. Vous connaîtrez des amours et des peines comme tous les humains en ont connus depuis qu’ils sont en mesure d’exprimer leurs sentiments, à la différence que les vôtres seront marquées du sceau d’une modernité qui reste à définir. Ce que réserve l’avenir a forcément un goût de nouveauté et d’aventure que les plus anciens interpréteront comme une énième dérive sociale. Il est certain qu’un fossé encore plus grand qu’autrefois séparera votre génération de celle qui la précède par la seule barrière symbolique du passage du siècle. Appartenir au cercle encore fermé et logiquement juvénile des enfants du millénaire, vous distinguera du reste du monde, encore plus lorsqu’on se sent isolé entre deux âges comme durant l’adolescence. Ce sentiment d’unité et d’unicité deviendra peut-être votre marque de fabrique et vous solidarisera pendant que vos parents continueront à se livrer des guerres d’apparences et de territoires. Votre génération a tous les atouts pour marquer son temps.


Enfin, pour l’heure tu pèses quelques grammes de bonheur et tu n’as encore jamais connu ne serait-ce qu’un dimanche, une pleine lune ou un soir d’été. Tu vis d’un peu de lait, d’attention et d’un sommeil encore vierge de rêves absurdes. Ta grande sœur est à peine moins neuve que toi et ne dispose que d’une avance négligeable. Alors que je finis d’écrire toutes ses lignes hypothétiques, tu n’as même pas une centaine d’heures. Ce qui s’inscrit sur l’écran de mon ordinateur n’est que le souhait que je fais pour vous et tous les enfants du siècle. Vous seuls serez les rédacteurs des pages de votre destinée.

Hors-série (3) – Naître au XXIème siècle
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents