Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CHRONIQUES DU XXIème SIÈCLE

CHRONIQUES DU XXIème SIÈCLE


Fragments (2) - Et mourir au XXIème siècle ?

Publié par Renaud Cadrot sur 11 Mai 2017, 14:52pm

Catégories : #Fragments

Si naître au XXIème siècle valait bien une chronique, il me semble que mourir est un sujet bien trop dramatique pour ne pas y faire une fois référence explicitement. Toutefois, quitter terre ne revête pas les mêmes implications que de s’y éveiller. Périr au XXIème siècle, c’est simplement interrompre sa propre histoire pendant que la Grande poursuit son effort. Alors que dire de plus de la mort qu’on n’eut pu déjà dire 20 ans avant ?

 

 

Environ 1 milliard de personnes sont mortes depuis l’an 20001, soit plus ou moins un septième de la population mondiale actuelle et l’équivalent de toute la population française une fois par an. Un milliard de personnes c’est énorme, on se demanderait presque ce que l’humanité fait de tous ses corps. Cependant, cette statistique reste bien inférieure au nombre de nouveau-nés que la Terre accueille chaque année, soit un total d’environ 2,3 milliards d’enfants depuis le début du siècle (ce qui laisse à penser qu’il y a en moyenne davantage de bonnes que de mauvaises nouvelles à annoncer chaque jour sur la planète).

 

 

Bien sûr, on ne naît et ne meurt pas avec la même régularité selon l’endroit d’où l’on vient. Certains lieux demeurent extrêmement hostiles à l’existence humaine, comme la Sierra Leone, où on s’estime chanceux lorsque l’on passe le cap de la cinquantaine. Heureusement, la mortalité tend à décroître à l’échelle planétaire puisque la seule mortalité infantile est passé de 122 pour 1000 en 1960 à 32 pour 1000 en 2017. Partout on prend davantage le temps de vieillir au point qu’il y avait 340000 centenaires dans le monde en 2012 et qu’ils seront 1 million d’ici trois ans ! Cela pose question en matière de démographie mais là n’est pas (encore) le sujet.

 

 

On meurt probablement plus souvent des suites de problèmes cardio-vasculaires ou digestifs du fait de nos excès modernes, de cancers multiples ou du SIDA au XXIème siècle lorsque la guerre, le totalitarisme et les épidémies figuraient en bonne place du palmarès funèbre du siècle dernier. La mort reste quotidienne où que l’on soit, la science n’étant pas encore en mesure de nous offrir le luxe de l’immortalité. Mourir occupe nos craintes et nos actualités avec la même ampleur que tous les siècles qu’a connu l’humanité depuis qu’elle est capable de compter ses victimes.

 

 

Ce qui diffère singulièrement les morts de ce siècle de ceux qui ne l’ont pas vécu c’est la trace laissée derrière eux une fois passé à trépas. Hier, les plus anonymes n’existaient plus guère que par les souvenirs que ceux qui les ont connus conservaient d’eux, une poignée de photographies et, bien sûr, leur progéniture la plus vivace. Quelques-uns continuaient de vivre au travers de livres, films, chansons, œuvres d’arts diverses qui n’offraient pas tous les mêmes garantis d’éternité.

 

 

Aujourd’hui, même le plus insignifiant être humain marque de son empreinte numérique toute la toile d’internet pour peu qu’il l’ait un peu utilisé au cours de son existence. Des pages entières de réseaux sociaux à jamais laissé à l’abandon, des centaines, voire des milliers de photos disséminés sur le web et les divers supports numériques, inaptes à jaunir avec le temps, un nombre incalculable de SMS, de mails, d’interactions variés, mais aussi de données personnelles ou d’historiques de navigation que le cloud global conserve quelque part sur son gigantesque disque dur au fin fond d’un sous-sol américain.

 

 

La plupart d’entre nous mourrons au XXIème siècle mais nous disparaîtrons beaucoup moins vite qu’avant.

 

 

1- La plupart des données citées dans ce textes sont issues du site : http://www.planetoscope.com/demographie-urbanisme/mortalite

Fragments (2) - Et mourir au XXIème siècle ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents