Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CHRONIQUES DU XXIème SIÈCLE

CHRONIQUES DU XXIème SIÈCLE


Science-Fiction (1) - L'invisibilité

Publié par Renaud Cadrot sur 29 Mai 2014, 21:12pm

Catégories : #Science-fiction

Le philosophe grec Platon, est né aux alentours de 428 avant J.C, à une époque où le latin était une langue absolument vivante et où l’on découvrait tout juste l’ivresse provoquée par le vin. Cet esprit, si vif qu’on le vénère encore aujourd’hui, a écrit une fable, issus du livre La République, nommée « L’anneau de Gygès ». On retrouve dans ce texte, de grandes similitudes avec Le Seigneur des Anneaux de Tolkien, mais surtout, il s’agit vraisemblablement de la première fiction littéraire de l’Histoire relatant l’invisibilité (ici conférée par un anneau).

L’un de ces grands fantasmes du genre humain se verra raconté à travers les siècles, empruntant la voie du fantastique avant de basculer dans la science-fiction. Le grand romancier H.G Wells, écrira en 1897 une histoire mettant en scène un savant qui, au terme de quinze années de recherches intensives, parvient à mettre au point une formule lui permettant de se rendre invisible. Désormais classique de la SF (comme nombre des romans de Wells), le livre inspirera des générations d’auteurs. Un des derniers exemples en date étant la fameuse cape d’invisibilité d’Harry Potter.

Sur le podium des pouvoirs magiques les plus enviables, l’invisibilité pause aux côtés de la télépathie ou de la capacité de voler. Si l’Homme a maintes fois échoué dans ses tentatives de vol ou de perception de la pensée, l’invisibilité ne relève plus de la gageure. Nul question d’anneau, ni même de potion cette fois, mais de méta-matériaux.

 

Exemple de matrice de métamatériaux

En bref, la théorie électromagnétique, en place depuis un siècle et demi, permet de comprendre les lois qui régissent la propagation des ondes lumineuses. Rien dans la nature ne conteste cette théorie hormis les méta-matériaux. Ces matériaux artificiels, composés de méta atomes, dont les formes créent un environnement électromagnétique inédit, permettent de tordre à volonté le trajet de la lumière. Plus basiquement, posés en toile sur un objet, ils pourraient en détourner la lumière de sorte qu’on ne le verrait plus.

Si l’hypothèse pouvait prêter à sourire il y a encore quelques années, la chose a prouvé tout son sérieux en 2006. La très estimée revue « Science » a publié cette année-là deux articles proposant la réalisation de capes d’invisibilité en s’appuyant sur les méta-matériaux. Ces publications ont si bien secoué la communauté scientifique qu’il en est sorti diverses initiatives pour tenter de mettre la théorie en pratique. En 2011, une équipe a réussi à faire disparaitre un cylindre de 18 centimètre (par le rayonnement micro-onde et donc non lumineux, toutefois) avec cette méthode. L’objet était certes petit et immobile, mais la prouesse n’est pas négligeable.

 

Exemple de cape d'invisibilité

Plus fort encore, d’autres scientifiques émettent la possibilité que si les méta-matériaux peuvent dévier la lumière et rendre un objet visuellement invisible, peut-être peut-on en faire autant avec d’autres ondes (rappel : la lumière est une onde). L’union européenne a récemment alloué 1,5 millions d’euros pour la recherche autour de l’invisibilité à une équipe marseillaise. Celle-ci estime que créer une digue en « cape d’invisibilité » pourrait éviter à un tsunami de s’abattre sur une côte. En effet, elle postule, en substance, que si un séisme est une onde, une cape protégeant une ville, pourrait en absorber la force destructrice.

Cette hypothèse, si elle n’est pas encore validée, pose la question de la mise en application du procédé. Les armées du monde, et plus particulièrement le Pentagone, sont très intéressés par les perspectives que laissent entrevoir les techniques de l’invisibilité. On imagine très bien une application militaire où des soldats, revêtus d’une protection en méta-matériaux, pourraient infiltrer une zone donnée, sans être vu. Dans le domaine des micro-ondes, la possibilité d’un camouflage des avions de chasses ou des drones est également envisageable. Reste à savoir comment l’utilisation d’une telle technologie serait perçue à l’avenir. Si l’on voit plus loin, qui pourrait empêcher l’émergence de systèmes d’espionnage absolument invisibles, des caméras transparentes judicieusement placées çà et là. voire plus grandiose, des bâtiments entiers se jouant de la lumière et, donc, des yeux du monde...

Détournement de lumière, piège à tsunami, antiradar, voilà ce que promettent les méta-matériaux. Mais il y a plus spectaculaire encore, bien que parfaitement théorique pour l’heure. En 2010, des physiciens londoniens annonçaient qu’il était possible de manipuler l’espace et le temps afin de faire disparaitre des évènements entiers. Théoriquement, il serait possible de se déplacer d’un endroit à un autre en rendant invisible à l’œil nu le trajet entre les deux. Voici le secret du tour de passe-passe : Imaginez un rayon de lumière parfaitement droit se dirigeant vers un œil. Si on accélère l’avant du rayon tout en ralentissant l’arrière, le rayon peut laisser apparaitre une faille suffisamment large pour y insérer quelque chose d’autre. Puis, on inverse les vitesses de sorte à ce que ce quelque chose soit rendu invisible aux yeux de l’observateur. Le schéma ci-dessous illustre le procédé.

 

Le rayon est accéléré d'un côté, réduit de l'autre, laissant la place au passage d'un homme, par exemple. Puis le rayon est remis en place, l'oeil ne perçoit rien.

Si la technique peut paraitre inabordable à l’échelle humaine, les physiciens inspirés prévoient qu’il est possible, avec nos outils actuels, d’éliminer deux millième de millionième de seconde. Une broutille qui pourrait atteindre les quelques secondes, voire minutes, en se fiant à l’expansion du progrès. L’un des orfèvres de la théorie, le professeur McCall prend l’exemple d’un appareil photo qui prendrait des clichés à intervalle régulier pour illustrer l’idée. Si un cambrioleur ouvre le coffre, vole l’argent et s’évade entre chaque prise, l’action n’apparaitra pas au final. La différence avec l’utilisation de méta-matériaux est que, cette fois, nul besoin de détourner la lumière. Là on s’y cache directement.

Il est évident que si les différentes technologies détaillées ici devaient être commercialisées à l’avenir, elles seraient d’abord largement utilisées par les armées, les gouvernements et diverses élites richissimes. De plus, une technologie, aussi révolutionnaire soit-elle, perdrait de son intérêt dès lors qu’elle pourrait être accessible aussi bien à vous qu’à tout votre entourage. Le fantasme initial risque de prendre finalement une tournure de méfiance générale.

Plus près de nous et plus réalisable, le concepteur de la vidéo du lien suivant assure n’avoir déboursé que 150 dollars pour fabriquer un écran d’invisibilité aussi ingénieux qu’impressionnant. Si vous avez du temps devant vous, n'hésitez pas à m'envoyer le résultat...

https://www.youtube.com/watch?v=oJb9RnAVDuE

"Invisible Man" de Carl Laemmle (1933)

"Invisible Man" de Carl Laemmle (1933)

Commenter cet article

seb 31/05/2014 12:40

Vraiment intéressant...merci pourrais tu stp expliquer et approfondir un sujet sur la theories des cordes et theorie quantique à ta façon ....merci d'avance.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents